AATF reçoit 1 million $ US Boost pour la technologie agricole en Afrique

Contacts:

Nancy Muchiri, l'AATF Responsable Communication et Partenariats
E-mail: n.muchiri @ AATF-africa.org
Téléphone:  +254 20 4223700 ou  +254 735 992 206
Pour plus d'informations: www.aatf-africa.org

AATF reçoit 1 million $ US Boost pour la technologie agricole en Afrique

Nairobi: Vendredi 12 Août 2011 - L'African Agricultural Technology Foundation (AATF) a reçu un 1 million de dollars plan de soutien de la Fondation Bill & Melinda Gates Foundation pour faciliter les opérations de l'organisation, qui visent à stimuler la production agricole grâce à une meilleure utilisation de la science et de la technologie .

Les fonds seront principalement en charge les opérations générales, la mobilisation des ressources ainsi que le suivi et l'évaluation des différents projets en cours, qui visent à aider les petits exploitants agricoles en Afrique sub-saharienne à améliorer leurs moyens d'existence et la productivité grâce à l'utilisation de technologies innovantes.

Les dirigeants africains ont identifié l'utilisation de la technologie dans l'agriculture, le secteur largement reconnu comme le continent le «moteur de la croissance», comme le meilleur pari pour réduire la pauvreté et la lutte contre la faim. La sécurité alimentaire est un enjeu majeur sur le continent africain. Les pénuries alimentaires, les prix élevés des denrées alimentaires et des troubles sociaux liés peut très souvent conduire à d'autres problèmes, notamment l'instabilité politique.

Le biais du NEPAD pour l'Afrique Programme détaillé pour le développement de l'agriculture africaine (PDDAA), l'Union africaine a pour but d'aider les pays africains à améliorer la croissance économique grâce à l'agriculture développement mené.

L'une des principales approches de l'AATF vise à promouvoir la recherche agricole et la diffusion des technologies et aider les agriculteurs à accéder aux technologies propriétaires qui sont donnés par des entités publiques et privées sur libre de base humanitaire. Ces technologies ont le potentiel de répondre à certaines des contraintes de productivité clés qui affectent ces agriculteurs.

Les coûts de ces technologies a été en partie blâmé pour une faible utilisation de technologies utiles à l'Afrique, mais l'intervention AATF a pour but de s'assurer que ces technologies sont abordables pour les petits agriculteurs.

«Le soutien de la Fondation Gates contribuera à l'AATF devenir une institution plus solide et renforcer sa capacité à s'acquitter de sa mission d'aider les agriculteurs africains à améliorer leurs moyens de subsistance grâce à de meilleures technologies agricoles», explique le Dr Jacob Mignouna, le directeur exécutif par intérim AATF.

Grâce à des consultations pour établir des priorités et des demandes des agriculteurs, les projets visent à répondre AATF l'impact du changement climatique sur la productivité des cultures, des pertes de rendement causées par les ravageurs et les maladies, faible productivité des sols pauvres, les processus de sélection des plantes et de la mécanisation faible.

Sur la base des priorités ci-dessus, l'AATF travaille en collaboration avec les institutions des pays différents, à la fois du secteur public et privé, dans des projets visant à améliorer les cultures vivrières prioritaires dans plus de dix pays africains.

À l'heure actuelle, seulement environ 20 pour cent des terres arables en Afrique est semée avec des variétés améliorées de céréales. Beaucoup de nouvelles variétés de maïs et de riz ont été élaborés et sont en cours d'utilisation dans certains pays, mais elles doivent être adaptées aux conditions environnementales de l'Afrique, une mission essentielle des projets AATF.

Ces projets comprennent le maïs économe en eau pour l'Afrique (WEMA), qui vise à développer des variétés de maïs qui peuvent résister aux périodes de sécheresse que le continent continue de faire l'expérience.

D'autres projets incluent le contrôle de Striga dans les exploitations de maïs des petits exploitants, le développement des variétés de niébé résistantes Maruca, l'amélioration de la banane pour la résistance à la maladie du flétrissement et la productivité du riz dans l'amélioration de l'azote et de l'eau environnements pauvres. L'un des derniers projets est le contrôle biologique de l'aflatoxine dans le maïs et les arachides.

"Nous sommes déterminés à faire en sorte que ce nouveau support fera de nous une institution plus efficace et de progresser plus vite en vue d'assurer que les technologies existantes pour obtenir les champs des agriculteurs», explique le Dr Mignouna.

Que fait-on?

PDDAA fait pression pour que des changements importants dans la façon dont l'entreprise agricole se fait en Afrique. Il s'agit notamment de la réalisation des objectifs du PDDAA agricoles à travers l'Afrique, tout en favorisant l'agriculture comme une priorité pour le développement durable.

Le Rwanda a été le premier pays à signer le Pacte du PDDAA en 2007. En mai 2011, 26 pays avaient intégré le PDDAA dans leur stratégie agricole en signant le Pacte du PDDAA.

Le africaine de technologie agricole (AATF) est un organisme sans but lucratif qui facilite et encourage les partenariats public / privé pour l'accès et la fourniture de technologies appropriées propriétaires agricoles pour les petits agriculteurs pauvres en ressources en Afrique sub-saharienne (www. AATF-africa.org).

French
News Type: 
News Author: 

Droit d'auteur © 2012 | Tous droits réservés, Africaine de Technologie Agricole (AATF-Africa)

Alimenté par Blue Eyes Ltd